Acerca de

Lexique POST - 8 - Les représentations positives (2).png

Les représentations positives

C’est le fait de rendre visibles et accessibles à tou.te.s des récits, symboles, représentations sociales et personnages historiques inspirants et « empouvoirants » qui présentent une alternative à l’androcentrisme.

Savez-vous combien d’établissements scolaires en France portent le nom d’une femme célèbre ? Selon l’annuaire 2017, 78 % des écoles françaises dépendant de l'Éducation nationale portaient le nom d’une personnalité masculine alors que seulement 19 % affichaient des noms de femmes célèbres. Ce chiffre est éloquent. Les femmes sont largement sous-représentées, et ce dans toutes les sphères sociétales. Art, littérature, cinéma, politique, histoire… les figures de femmes peinent à rayonner pleinement et à incarner des modèles sociétaux gravés dans l’Histoire.

→ ¼ d’étudiantes occupent les bancs d’écoles d’ingénieurs (1) ;

les collectivités locales sont présidées à 84 % par des hommes (2) ;

les films donnent majoritairement la parole aux hommes, les dialogues étant à 60% masculins (3) ;

 -23%, c’est l’écart de salaire actuel pour une femme occupant le même poste qu’un homme (4) ;

 en 2021, deux femmes seulement, Jane Campion et Julia Ducournau, ont remporté la palme d’or du Festival de Cannes pourtant fort de 74 éditions (5).

Les chiffres nous apprennent que  :

Ce manque de modèles et de reconnaissance, ajouté aux stéréotypes de genre, a - entre autres - pour conséquence que peu de jeunes filles envisagent des carrières scientifiques ou techniques.

Outre l’invisibilisation des femmes, leur représentation manque de diversité.  Ainsi, les femmes ne se reconnaissant pas dans les codes traditionnels de la « féminité » ont du mal à trouver leur place et à s’affirmer dans leur différence. Qu’en est-il des personnes trans, lesbiennes, racisées, grosses, en situation de handicap, etc. ? Quelles sont les figures valorisantes et les personnalités inspirantes existant hors du traditionnel modèle hétéronormé ?

Ainsi, les représentations positives sont extrêmement importantes pour accompagner la construction identitaire, et ce dès le plus jeune âge. Voici quelques exemples inspirants, qui appuient nos préconisations :

1. Lors de l’étude de terrain réalisée au Collège Voltaire à Colomiers, en Haute-Garonne, nous avons remarqué que des affiches du Centre Hubertine Auclert (6) étaient placardées dans les couloirs. Elles donnent à voir des femmes pilotes, des célébrités noires ou des entrepreneures à succès. Elles existent ou ont existé, fait essentiel. Des statistiques viennent compléter ces portraits de femmes puissantes.

SAVE_20220126_154430_edited.jpg

2. Au Collège Antonin Perbosc à Auterive en Haute-Garonne, chaque salle était reliée à un “grand nom” de l’histoire, dont des noms de femmes célèbres. Ainsi les jeunes filles et garçons intègrent des représentations de femmes ayant joué un rôle important dans le milieu des sciences, du bâtiment ou du sport par exemple. Cela permet à chacun.e de se projeter positivement dans un avenir professionnel plus vaste, plus ouvert. Cependant, il faut veiller à une représentation paritaire et diversifiée.

3. Des actions de sensibilisation et de lutte contre les discriminations dans les écoles sont nécessaires. Elles permettent de briser les stéréotypes et de faire exister ceux et celles qui sortent du modèle masculin, blanc, cisgenre, mince, valide et hétéronormé.

#egalitefillesgarçons #ecole#sexisme #sexismeordinaire #diversités #femmes #changemaker #representationspositives